Site Officiel de la Commune d'Avessac

Vous êtes ici : Accueil » La commune » Voeux 2022

Voeux 2022

La cérémonie des vœux prévue le dimanche 9 janvier dernier a été annulée en raison des restrictions sanitaires.

Aussi, pour vous permettre de prendre connaissance des vœux du maire, nous vous diffusons cette vidéo.

version vidéo :Voeux du Maire

version texte :

 

Chères Avessacaises, chers Avessacais

Une nouvelle année commence.

Après la pause des fêtes de fin d'année où chacune et chacun essayent d'oublier un peu les exigences de la vie pour se consacrer davantage à ceux qu'il aime, le moment est venu de faire le point sur les mois écoulés et se projeter dans ceux qui arrivent.

Que dire de l'année 2021 ?

C'est d'abord, sur le plan national l'actualité de la covid-19, toujours présente, qui renvoie tout le reste au second rang.

L'arrivée des premiers vaccins aura été pour nombre d'entre nous source d'espoir.

La commune, avec le soutien du CCAS, a pris au printemps toute sa part pour faciliter aux personnes éligibles et qui le souhaitaient, l'accès à la vaccination, quand elles désespéraient parfois de pouvoir y parvenir par les voies normales qui les invitaient le plus souvent à retenter leur chance plus tard.

139 personnes au total ont pu ainsi se faire vacciner par l'entremise de la mairie.

Je veux ici remercier l’agglomération pour les créneaux réservés au centre de Redon, et la commune de Guémené-Penfao qui nous a associé à son opération vaccinodrome d'avril et de mai.

Remercier aussi les bénévoles sollicités pour emmener les personnes et vous qui tout simplement, avez continué de chercher sur Internet un rendez-vous, malgré votre inscription en mairie, permettant ainsi de libérer parfois des places pour d'autres personnes.

L'obligation vaccinale pour les soignants et l’instauration, au cœur de l'été, d'un passe sanitaire étendu à un très grand nombre d'activité qui se durci encore aujourd'hui, marque alors clairement une évolution de la stratégie gouvernementale qui entend régler le problème par la vaccination systématique de toute la population.

J'ai, dès le mois de septembre, dit mes interrogations, ne souhaitant pas pour autant m’exprimer sur le bien-fondé ou pas de ces mesures, laissant à chacun le soin de se faire sa propre opinion, considérant que la vérité ne saurait appartenir à un camp contre l'autre.

Je m'inquiétais en revanche du fait que ces nouvelles mesures créaient une discrimination au sein de la population et craignais des phénomènes de stigmatisation à l'encontre des personnes non vaccinées, que les propos de certains dirigeants politiques ne font que favoriser.

Je m'interrogeais aussi et m'interroge toujours sur la capacité de l'élu en charge d'appliquer la Loi, à rester honnête avec lui-même et les autres tout en restant attaché à respecter le cadre de sa fonction.

Quoi qu'il en soit, la Loi est la Loi et la commune l'applique et continuera à l'appliquer.

Ce qui est certain, et c'est important, c'est que la vaccination apporte un bon niveau de protection aux personnes, qui parmi nous, sont susceptibles autrement de faire des formes graves, mais qui se révèle limité dans le temps et qui nécessite, semble-t-il des rappels à échéances régulières.

Mais que penser du reste ? De tous les arguments développés à un moment ou à un autre pour justifier la stratégie retenue, dont on ne parle plus aujourd'hui pour ne plus se concentrer que sur le seul fait bien réel celui-là que la majorité des personnes qui se trouvent aujourd'hui en soins intensif, ou en réanimation, ne sont pas vaccinés ou encore mal vaccinés, ayant laissé passer la date prescrite pour le rappel.

Concernant la saturation de certains hôpitaux, nous ne pouvons passer sous silence que la situation de l'hôpital public et de la santé en général, en flux tendu, se dégrade depuis des années, malgré les cris d'alertes des soignants et que la crise sanitaire ne fait qu'aggraver dramatiquement. Nul besoin de désigner des coupables parmi la population, agissons pour donner des moyens à la santé. Nous en reparlerons dans le cadre de l'action communale.

Ce que nous réserve la situation en 2022, nul ne le sait, chaque jour nous apporte son lot d'informations différentes et contradictoires, vouloir se fier au passé semble hasardeux tant le monde a changé. Le plus sage est sans doute de se préparer à toutes les hypothèses et de s'interroger sur la bonne stratégie, celle qui soit de nature à réellement préparer l'avenir quoiqu'il advienne du virus.

Concernant les affaires de la commune, 2021 aura été une année de réflexion sur un certain nombre de sujets structurants qui commenceront à se concrétiser en 2022.

Réflexion lancée, sous la houlette de Jean-Luc Boucaud, sur l'ensemble mairie et salle de la Fontaine, tant sur le plan énergétique que sur celui touchant à la réorganisation des espaces.

Nous avons racheté l'ancien cabinet dentaire qui n'était plus en activité et qui a vocation à intégrer le projet. L'objectif, au-delà des économies d'énergie, est d'améliorer les conditions d'accueil du public en mairie, ouvrir cette dernière à de nouveaux services. Une agence postale pour continuer à assurer un service de proximité y trouvera sa place.

Mais plus largement sur l'ensemble, mieux accompagner la vie associative, en créant des lieux de réunions et de stockage mutualisés, la vie culturelle et les nouvelles pratiques de travail avec la création d'un espace coworking. La priorité, en 2022, sera donnée à l'espace mairie.

Reprise de la réflexion engagée par l'ancienne municipalité pour améliorer la sécurité dans le bourg, avec Frédéric Louër aux manettes. L'objectif est bien de faire ralentir les voitures qui ne respectent pas les limitations de vitesses, sécuriser la pratique du vélo et le déplacement à pied, tout en assurant la possibilité de continuer à pouvoir se stationner dans le bourg, condition nécessaire à la vitalité de nos commerces. Les aménagements envisagés seront présentés à la population. Une première tranche de travaux est à programmer pour 2022.

Autre réflexion engagée, la révision de l'éclairage public avec des systèmes à LED beaucoup plus économique en énergie. Une première tranche de travaux est prévue pour l'année à venir.

D'autres réflexions engagées en 2021 se sont déjà en partie concrétisées.

Le petit patrimoine avec la restauration du site de Notre-Dame, chère aux avessacaises et avessacais, est bien engagée, et le four à chaux du Parc pour lequel des diagnostics ont été réalisés. L'importance des travaux prévus ici nous incite à repousser leur réalisation en 2023.

Concernant les affaires sociales, le travail réalisé par Marzhina Billon et Julie Guéhénneux pour la mise en place de deux mutuelles communales qui permettront aux habitants d'Avessac, non-salariés, de mieux se couvrir. Nous espérons après la vague actuelle de Covid, organiser le plus tôt possible une réunion d'information.

Un beau projet devrait commencer à prendre jour en 2022, grâce au partenariat que nous avons engagé avec Âge et Vie pour offrir à nos aînés une alternative à l'hébergement en EPHAD.

Côté communication, avec Antoine Berranger. Après l'adoption d'un nouveau logo, renvoyant à l'identité rurale et naturelle d'Avessac, la commune vient de se doter de deux nouveaux panneaux lumineux ouverts aux événements organisés par les associations. Un nouveau site Internet devrait également voir le jour cette année.

La vie culturelle, coordonnée par Micheline Boudeau, a vu cette année quelques beaux événements, organisés pour certains par les associations, d'autres par la médiathèque et d'autres encore par la commune. Tous participent à la vitalité locale et ce serait une erreur de les opposer. La municipalité continuera sa politique dans ce domaine.

D'autres thématiques font l'objet de réflexions :

L'enfance/jeunesse, avec Marie-Pierre Bréger dont la mission n'est pas facilitée par la pandémie et qui travaille cependant à trouver avec d'autres des solutions pour améliorer les services.

À noter aussi la création en 2021, sur proposition de Géraldine Certain et de son équipe d'animation, d'une commission extra-municipale jeunes qui doit permettre à ces derniers de s'engager pour la commune.

Le voyage début décembre que les membres du Conseil municipal enfants et ces jeunes ont fait à Paris, invité par le Député, restera un grand souvenir.

Les problèmes d'urbanismes vont devoir également être remis sur la table pour trouver des solutions pour accueillir de nouveaux habitants, favoriser le développement de nos entreprises locales et contrôler le développement de certaines formes d'énergies renouvelables qui sans quoi pourrait être mal accepté.

Le commerce, que la commune, avec sa déléguée, Delphine Pérais, entend continuer à soutenir dans le cadre de ses compétences et le respect de la libre entreprise.

La volonté est bien de réinstaller dans l'ancienne boulangerie, rue de Massérac, propriété de la commune, un commerce dont la nature reste encore à définir en restant attentif aux propositions déjà existantes ou à venir sur le bourg.

Avant d'en finir avec cette présentation et vous adresser mes vœux les plus sincères pour 2022, Je souhaite refaire avec vous un point sur la problématique de la santé sur Avessac.

Nous avons la chance de toujours avoir sur la commune deux infirmières et un infirmier, une pharmacie, une kinésithérapeute et un service ambulancier, mais vous le savez, et vous m'en parlez souvent, manque des médecins.

Leur recherche, ne nous cachons pas la face, est très difficile, malgré tous les efforts engagés seul et avec les communes environnantes.

Il nous faudra sans doute sortir du seul cadre de la médecine libérale et réfléchir, sans à priori, avec les élus, les professionnels et les usagers à d'autres voies : La commune voisine de Massérac a fait le choix d'investir dans une cabine de téléconsultation, ce qui n'est pas sans provoquer du débat ; d'autres créent des structures pour employer des jeunes médecins qui bien souvent ne se sentent pas prêt à se lancer tout de suite à leur compte.

Mais il y a une réalité, je l'ai déjà exprimé concernant la gestion de la pandémie, c'est que notre système de santé doit se réformer en profondeur. On ne serait aujourd'hui se contenter de quelques mesures.

Nous n'avons plus assez de médecins, nous n'avons plus assez de soignants et les deux années qui sont derrière nous n'ont pas été utilisé à faire mieux.

Sur le territoire, chacun est à l'œuvre, les élus, la communauté d’Agglomération de Redon, Les professionnels, la Communauté Professionnelle Territoriale de Santé, CPTS, du Pays de Redon, mais que pourrons nous, si rien ne change ailleurs, ou si peu, par rapport aux besoins importants ?

À l'approche des élections nationales, quelle politique de santé voulons nous pour notre pays ?

Une politique qui contraint, conditionnerait, comme on l'entend parfois, l'accès aux soins, et qui donnerait la priorité à la gestion collectives des populations et aux économies financières ?

Ou bien une politique qui se donne les moyens humains, matériels et organisationnels pour soigner chacune et chacun d'entre nous, qui prenne en compte d'abord l'intérêt du patient, en l’associant, sans jugement d'aucune sorte et qui favorise la proximité et la confiance ?

Chères avessacaises, Cher Avessacais

Je vous souhaite, à chacune et chacun d'entre vous, une bonne et heureuse année.

Qu'elle vous préserve des soucis de santé

Et que personne ne vienne abîmer l'esprit d'unité au sein de vos familles et entre nous.